Aisneco

Actualités economiques, finance & assurance

Tout savoir sur la défiscalisation de l’assurance-vie

Permettant de placer de l’argent sur un compte avec des intérêts allant jusqu’à 2%, l’assurance-vie est un contrat qui s’effectue entre un particulier et une banque ou un assureur agréé. Très intéressant, ce placement attire de nombreux Français afin de se couvrir en cas d’imprévu. Ce placement fiscal est aussi avantageux dans le cas d’une donation.

Le fonctionnement d’une assurance-vie

Un placement telle que l’assurance-vie est intéressant et simple. L’assurance-vie offre la possibilité à l’épargnant de placer de l’argent sur un compte avec des taux d’intérêt élevés afin de pouvoir faire face aux imprévus de l’avenir.

Ce placement séduit beaucoup de Français leur permettant d’acquérir de l’argent au moment de la retraite, anticipée ou non, et de pouvoir assurer l’avenir en cas de maladie, d’imprévus ou de maladie ou de décès d’un proche. En ouvrant un compte, vous vous engagez sur une période de 8 ans comme le précise le contrat, avec une reconduction tacite.

Assurance-vie et intérêts fiscaux

Les intérêts fiscaux d’une assurance-vie sont nombreux et avantageux : de quoi convaincre les Français. Ces derniers renvoient aux taux d’intérêt mais aussi aux exonérations d’impôts ainsi que les droits de succession. De ce fait, l’assurance-vie est l’un des placements les plus convoités par les Français.

Bien entendu, il y a des obligations à respecter pour pouvoir bénéficier de tels avantages. En effet, non soumis à l’imposition, les intérêts capitalisés sur une assurance-vie s’élèvent à 2%. Afin d’en profiter, il faudra attendre un délai de 8 ans suite à l’ouverture du compte. Ces derniers seront taxés à 35% puis 15% durant les quatre dernières années si vous n’attendez pas les huit années.

L’assurance-vie : une technique de donation courante

La donation est vivement encouragée en France dans le cadre d’une même famille. Cela se fait couramment entre les parents et les enfants. Par ailleurs, la donation est moins répandue lorsqu’il s’agit de deux personnes sans lien particulier. La donation n’est pas soumise à l’impôt en France du moment qu’elle est en-dessous de 131 851€, par parent et par enfant. Une donation peut être renouvelée tous les quinze ans par la suite.

A savoir que la donation peut être plus taxée dans les autres cadres : l’assurance-vie devient alors une bonne solution de donation. En effet, au moment de la signature du contrat, la possibilité de désigner un bénéficiaire en stipulant les conditions de la donation de la somme épargnée (décès, date anniversaire, retraire, etc) peut se faire. Ainsi, le bénéficiaire ne sera pas imposé pour une somme atteignant jusqu’à 152 500€.

Les Français n’étant pas dans le besoin durant leur retraire peuvent ainsi léguer une somme importante à un proche ou une personne sans lien de parenté en souscrivant à une assurance-vie. De la même manière, il est tout à fait possible de faire une donation à son enfant de 152 500€ plus 131 850€, sans qu’il ne soit imposé, juste en mettant en place ce système.

L’assurance-vie et le droit de succession

L’assurance-vie est aussi plébiscitée dans la gestion des droits de succession, en plus de l’être pour réaliser des donations sans payer d’impôts généreux. Pour ce faire, le souscripteur du contrat doit désigner un bénéficiaire en précisant que ce dernier ne touchera la somme qu’en cas de décès.

De cette façon, une somme inférieure de 152 501€ peut être léguée à un enfant, un proche ou même à un inconnu, sans que le bénéficiaire ne soit imposé sur la somme touchée. Le droit de succession est alors une bonne opportunité, connaissant les montants importants des impôts dans le cadre de certaines successions. Il est alors possible de baisser de manière considérable le coût d’une succession juste en jonglant avec une assurance-vie et les divers abattements.

Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page